Un tournesol pour la météo japonaise

Un tournesol pour la météo japonaise
Le 7 octobre, un lanceur H-IIA de la JAXA a envoyé sur orbite géostationnaire le satellite Himawari-8 (tournesol en japonais). Plus performant que ces prédécesseurs, il permettra de meilleures prévisions météorologiques.



Illustration montrant les satellites Himawari 8 et 9 sur orbite. Himawari 8 a été lancé avec succès le 7 octobre. Le n°9 suivra en 2016.
Crédit : JAXA


Le temps qu’il fera demain et la surveillance de l’évolution climatique sont des enjeux primordiaux de nos sociétés. Les prévisions météo sont des outils incontournables de notre quotidien et permettent aussi de sauver des vies en lançant des alertes lorsque des conditions extrêmes menacent (pluies torrentielles, ouragans, vents violents, etc.). Les satellites sont devenus au fil des décennies une source indispensable de données pour les spécialistes des prévisions météo. À ce titre, les performances de ces surveillants orbitaux du temps ne cessent de progresser, participant à des bulletins météo plus précis.
L’ agence météorologique du Japon ne pouvait ignorer cette tendance et a décidé de renouveler les satellites géostationnaires qui lui fournissent des images de l’Asie et du Pacifique occidental. Un impératif d’autant plus pressant que ces régions sont propices aux typhons (l’équivalent en Asie des ouragans). Les satellites Himawari 8 et 9 représentent la nouvelle génération de sentinelles météo du pays du Soleil levant. Le premier, à savoir Himawari 8, a été lancé avec succès le 7 octobre depuis la base de Tanegashima avec le lanceur H-IIA de l’agence spatiale japonaise JAXA (vidéo ci-dessous, décollage à 31:09). Le second est prévu pour 2016.

Himawari signifie tournesol en japonais et ce n°8 est doté d’un imageur AHI (Advanced Himawari Imager) venu des États-Unis. Il observe notre planète dans 16 bandes spectrales différentes et fournit une image de la surface du globe visible depuis l’orbite toutes les 10 minutes avec une résolution de 0,5 à 1 km. Des performances en hausse sensible par rapport à la génération précédente de satellites météo nippons qui n’envoie qu’une image toutes les 30 minutes sur 6 bandes spectrales avec une résolution de 1 à 4 km.

Publié le 7 octobre 2014