Vega : un retour en vol réussi

Vega : un retour en vol réussi

Le lanceur Vega a placé sur orbite dans la nuit de mercredi à jeudi six satellites, renouant avec le succès près de six mois après son dernier échec en novembre dernier.

Lancement du vol VV18 de la fusée Vega mercredi 28 avril 2021 du Centre spatial guyanais de Kourou, avec à son bord le satellite Pléiades Neo 36 d’Aibus Defence and Space
Crédit : ESA-CNES-Arianespace/Optique vidéo du CSG/JM Guillon

La fusée a décollé à 22H50 locales (03H50 heure de Paris) de son pas de tir du centre spatial guyanais de Kourou. A son bord se trouvait notamment le satellite Pléiades Neo 3 d’observation de la Terre, fabriqué par Airbus Defence and Space. « Je voudrais féliciter tout le monde, y compris Arianespace, l’Agence spatiale européenne (ESA) et Avio pour ce retour réussi de Vega en vol », a déclaré dans un communiqué le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël.

 

 

 

 

 

Ce vol VV18 du lanceur était très attendu, après l’échec de son précédent lancement (VV17), le 17 novembre 2020. Une défaillance s’était produite 8 minutes après le lancement, lorsque l’étage AVUM avait pris le relais de la propulsion. Cela avait entraîné la perte des satellites SEOSAT_Ingenio pour l’observation de la Terre (ESA) et Taranis, dédié à l’étude des phénomènes qui se produisent au-dessus des orages.

 

Il s’agissait du second échec d’une Vega en un peu plus d’un an, un autre exemplaire (VV15) ayant raté sa mission le 11 juillet 2019 en raison d’un problème du deuxième étage. Le lancement suivant (VV16) s’était déroulé sans encombre le 3 septembre 2020, permettant de mettre sur orbite 53 satellites, et inaugurant un service d’accès à l’espace par « grappe » autorisant à l’avenir le lancement de petits satellites à des prix abordables.

 

 

 

La fusée Vega (« Vettore Europeo di Generazione Avanzata » en italien), lanceur léger de l’Agence spatiale européenne (ESA), développé sous la maîtrise d’oeuvre du constructeur italien Avio
Crédit : Avio

 

 

Illustration montrant le dispositif hébergeant la grappe de petits satellites emportés par Vega le 2 septembre. Crédit : ESA

 

La fusée Vega (« Vettore Europeo di Generazione Avanzata » en italien) est un lanceur léger de l’Agence spatiale européenne (ESA), développé sous la maîtrise d’oeuvre du constructeur italien  Avio. Elle a la capacité d’emporter en orbite basse une charge utile de 300 kilos à 1,5 tonne sur une orbite polaire.

 

Le satellite optique Pléiades Neo 3 mis sur orbite par le vol VV18 est le premier satellite très haute définition d’une future constellation d’observation de la Terre opérée par Airbus Defence and Space. Leur résolution sera de 30 cm.

Les 5 autres charges de Vega étaient Norsat-3 (Agence spatiale de Norvège) pour la surveillance du trafic maritime,  Bravo (société Aurora Insight) pour la collecte de données pour les réseaux), deux Lemur-2 (société Spire Global) pour des suivis maritimes, aéronautiques…, et Tyvak-182A (Eutelsat) qui servira de relais de transmission.

 

Représentation d’un satellite d’observation de la Terre Pléiades Neo d’Airbus Defence and Space, dont le premier exemplaire a été lancé par une fusée Vega le 28 avril 2021
Crédit : Airbus Defence and Space

 

 

     

     

     

    Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, la Cité de l’espace ferme ses portes du jeudi 29 octobre jusqu’à nouvel ordre.

     

     

    Nous vous remercions de votre compréhension.