Une pie et un hérisson sauvent la Lune

Une pie et un hérisson sauvent la Lune

Le film d’animation Le Voyage dans la Lune imagine une nouvelle course vers notre voisine céleste à laquelle participent la pie Solan et le hérisson Ludvig. Une fiction humoristique certes, mais avec des clins d’œil au spatial.

Avec Le Voyage dans la Lune, le réalisateur norvégien Rasmus Sivertsen signe le troisième volet des aventures hautes en couleur du génial mais timide inventeur Feodor et de ses amis Solan (une pie) et Ludvig (un hérisson). Tout commence lorsqu’on apprend que les traités sur la Lune sont caducs et que le premier pays à y retourner pourra en réclamer la souveraineté. Du coup la fusée bricolée par Feodor intéresse le gouvernement norvégien qui y voit l’occasion de conquérir notre satellite naturel.

Un trio pour décrocher la Lune : le modeste inventeur Feodor et ses amis le hérisson Ludvig et la pie Solan. Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

Un trio pour décrocher la Lune : le modeste inventeur Feodor et ses amis le hérisson Ludvig et la pie Solan.
Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

De la logique dans la folie

Le Voyage dans la Lune sort sur les écrans en France le 6 novembre. Il a cependant été présenté en avant-première le 15 octobre à la Cité de l’espace de Toulouse devant un public familial qui a suivi avec passion (et beaucoup d’éclats de rire) les aventures spatiales de la téméraire pie Solan et du très prudent hérisson Ludvig. Interrogé à cette occasion par Skype, le réalisateur Rasmus Sivertsen a rappelé que les protagonistes de ce film venaient tous de l’univers créé par le caricaturiste norvégien Kjell Aukrust (1920-2002). Ainsi, aux côtés du modeste Feodor, «Solan et Ludvig incarnent respectivement 2 faces de l’âme humaine, le courage et la crainte» précise Sivertsen. Si le film ne cherche pas être réaliste, le réalisateur a cependant tenu à se renseigner sur l’astronomie et le spatial afin «d’apporter de la logique dans la folie» de cette fiction animée en stop-motion.

Ci-dessous, la bande-annonce.

Une démarche réussie et d’ailleurs la Cité de l’espace ainsi que notamment l’Association Française d’Astronomie et l’agence spatiale française CNES ont participé à la réalisation d’un dossier pédagogique très complet qui permet de sensibiliser les jeunes spectateurs à des notions comme les phases de la Lune ou les principes de base des missions vers notre satellite naturel.
Le dossier pédagogique peut être téléchargé gratuitement sur cette page du distributeur Little KMBO. Cliquez sur la rubrique «Le dossier pédagogique».

Un récit d’aventures avec des clins d’œil bien vus au spatial

Bien évidemment, il s’agit avant tout d’un récit d’aventures avec des rebondissements qui s’éloignent du réel. On notera les amusantes références aux films 2001, Gravity ou encore Alien. Toutefois, Le Voyage dans la Lune réussit aussi à évoquer, parfois de façon poétique ou humoristique, certaines réalités bien «terre à terre» de l’astronautique. Par exemple, lorsque Feodor présente les installations hébergées dans sa grange avec lesquelles il pourra suivre et assister ses amis Solan et Ludvig partis vers la Lune avec la fusée qu’il a conçue, il montre en fait le principe d’un centre de contrôle (communications avec l’équipage, surveillance à distance du fonctionnement de la fusée et télécommande de celle-ci si nécessaire, etc.).

Le représentant de la Norvège Vigfus et la pie Solan aux commandes d’une fusée appelée La Pollo, clin d’œil au programme Apollo. Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

Le représentant de la Norvège Vigfus et la pie Solan aux commandes d’une fusée appelée La Pollo, clin d’œil au programme Apollo.
Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

De même, les péripéties de la pie et du hérisson accompagnés du représentant de la Norvège Vigfus (et d’un passager clandestin, mais n’en disons pas plus) soulignent la nécessité de travailler en équipe pour surmonter les dangers d’une mission spatiale, ce qui correspond à un impératif incontournable des vols habités ! Les questions soulevées par les idées d’exploitation commerciale des corps célestes, et notamment de la Lune, sont aussi abordées.

Un moment «naufragés» de l’espace sur la Lune, les protagonistes devront agir de concert pour s’en sortir. Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

Un moment «naufragés» de l’espace sur la Lune, les protagonistes devront agir de concert pour s’en sortir.
Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

Le Voyage dans la Lune brosse aussi un évident message environnemental qui ne s’oppose cependant nullement à la volonté d’exploration. Lors de l’entretien que nous avons eu avec lui, Rasmus Sivertsen a indiqué qu’il comprenait tout l’intérêt de l’exploration spatiale et que son film repose sur l’enthousiasme qu’elle suscite (enthousiasme personnifié par la téméraire pie Solan). Le Voyage dans la Lune plaide donc l’idée qu’elle peut se faire de façon durable (la séquence de passage dans les débris spatiaux dénonce les mauvaises pratiques) et qu’elle apportera beaucoup à la gestion des ressources de notre planète (logique expliquée par les protagonistes en conclusion).

Craintif,  le hérisson Ludvig n’hésite pas à intervenir pour entraver une exploitation irresponsable de notre satellite naturel. Le Voyage dans la Lune aborde ainsi la nécessité d’explorer en respectant l’environnement. Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

Craintif,  le hérisson Ludvig n’hésite pas à intervenir pour entraver une exploitation irresponsable de notre satellite naturel. Le Voyage dans la Lune aborde ainsi la nécessité d’explorer en respectant l’environnement.
Crédit : Maipo Film/Qvisten Animation

Enfin, Sivertsen reste fidèle à l’esprit de l’œuvre de Kjell Aukrust en opposant aux caractères francs de Feodor, Solan et Ludvig, une galerie de personnages qui caricaturent les travers du monde adulte (journalistes et représentants des institutions en première ligne). Les enfants riront aux gags tandis que leurs parents apprécieront la satire sociale.