Plus léger sur la Lune

Plus léger sur la Lune

Sur la Lune, on est 6 fois plus léger que sur la Terre !

Pour marcher sur la Lune, les astronautes devaient revêtir un scaphandre d’un peu plus de 90 kg. Fort heureusement pour eux, ils n’ont pas eu à porter une telle masse grâce à la gravité réduite de notre satellite naturel.

 

 

Dans le langage courant, on confond souvent masse et poids alors que ce sont deux grandeurs différentes. La masse exprimée en kilogramme est la quantité de matière d’un objet donné. Le poids, exprimé en Newton, mesure la force d’attraction qu’exerce un astre sur un objet à sa surface. Ce poids dépend principalement de la masse de l’astre. Étant donné que la Lune est considérablement moins massive que la Terre, sa gravité est 6 fois moindre. Autrement dit, un objet ayant une masse de 60 kg semblera peser seulement « 10 kg » (XX Newton…) sur la Lune pour une personne qui aura à le soulever. Les concepteurs des scaphandres du programme Apollo en ont d’ailleurs profité. L’équipement pour protéger efficacement un marcheur lunaire du vide spatial et des écarts de température, tout en lui permettant de respirer, s’apparente en fait à un petit vaisseau spatial portatif. Résultat, la masse de l’ensemble s’avère élevée avec 90 kg, trop lourd pour être porté par un être humain censé explorer notre voisine céleste et travailler à sa surface. Sauf que la gravité lunaire étant 6 mois moindre, l’astronaute a en fait l’impression d’y porter un scaphandre de seulement « 15 kg ». À cela s’ajoute le fait que l’astronaute lui-même pèse 6 fois moins. Voilà qui explique pourquoi les marcheurs lunaires se déplaçaient par d’impressionnants bonds en dépit d’un lourd équipement.

 

Légende : Grâce à la faible pesanteur lunaire, John Young bondit du sol lunaire tout en saluant la bannière étoilée lors de la mission Apollo 15 en 1972. Une photo surnommée Jump Salute (le salut en sautant).
Crédit : NASA

 

INFORMATION PASS SANITAIRE 

 

A partir du 21 juillet 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à la Cité de l’espace.

 

Merci de votre compréhension,

 

La Cité de l’espace