Un nouveau regard sur Pluton et Charon

Un nouveau regard sur Pluton et Charon

Les images récoltées par la sonde New Horizons de la NASA révèlent des processus qui restent à comprendre et qui ont récemment «façonné» la surface de Pluton et de sa lune Charon. Sur Pluton, on voit des montagnes de 3500 m !

Le responsable scientifique de la mission New Horizons, Alan Stern, avait prévenu : «Vous allez être surpris !». Et tel fut le cas. Avec les animations à la Cité de l’espace de Toulouse, le fil Twitter et les directs vidéos organisés sur 3 jours, nous vous avons fait vivre en direct les premières étapes de l’arrivée de la sonde New Horizons dans le système plutonien.
Le 14 juillet, l’Applied Physics Laboratory de la Johns Hopkins University qui a conçu la mission et la sonde New Horizons pour le compte de la NASA (et gère aussi le déroulé des opérations depuis le Maryland) dévoilait un stupéfiant portrait de Pluton (image ci-dessous) réalisé la veille le 13 juillet. Autrefois neuvième planète à part entière et planète naine depuis août 2006, ce monde est aux confins du Système solaire au-delà de l’orbite de Neptune. Lancée début 2006, New Horizons a parcouru 5 milliards de kilomètres en 9 ans et demi pour nous offrir ces images.

Le diamètre de Pluton est avec les nouvelles données revu à la hausse avec 2 370 km à + ou – 20 km près. La planète naine repasse devant son homologue Eris (2 320 km) et devient du coup la plus grosse planète naine (connue) du Système solaire.
Déjà, cette image ci-dessous acquise le 11 juillet nous montrait le couple Pluton-Charon. La planète et sa lune ne sont pas aussi proches en réalité, mais en revanche les échelles de taille et de luminosité sont respectées.

Dans la nuit du 14 au 15 juillet (peu avant 3h du matin le 15 pour la France), New Horizons a envoyé un signal de «bonne santé» indiquant qu’elle avait survécu à la traversée à grande vitesse (50 000 km/h) du système plutonien. La vidéo ci-dessous montre l’explosion de joie qui s’est produite lorsque la réception de la télémétrie (4 heures et 25 minutes après son envoi par la sonde) signa le succès du survol à 12 500 km de Pluton.

Le 15 juillet, lors d’une conférence de presse à l’Applied Physics Laboratory de la Johns Hopkins University à 15h heure de la côte Est des États-Unis (21h en France), furent révélées d’autres images qui ont encore une fois surpris les spécialistes du Système solaire… y compris les scientifiques de la mission, comme en témoigne cette image ci-dessous qui nous montre Alan Stern la bouche grande ouverte d’étonnement !

Ci-dessous, la lune Charon montre une surface complexe avec peu de cratères ce qui fait dire que des processus sont à l’œuvre pour «effacer» les cratères d’impact. La question : comment un corps aussi petit (1 208 km de diamètre) et aussi loin du Soleil peut-il présenter une géologie encore active ?

Puis, cerise sur le gâteau, l’équipe révéla ce détail de la surface de Pluton, situé dans le bas de la région dite du «cœur» de Pluton. Cette région est baptisée Tombaugh Regio en hommage à l’astronome américain Clyde Tombaugh qui découvrit Pluton en 1930.

À nouveau, une absence de cratères (même si d’autres sont visibles ailleurs) qui implique une géologie active. Et toujours au chapitre de l’inattendu : ces montagnes de glace d’eau hautes de près de 3 500 m par rapport au sol environnant. Les scientifiques de New Horizons estiment qu’elles se sont formées voici moins de 100 millions d’années. Quels processus sont à l’œuvre ? La question reste ouverte, mais pour Alan Stern, il va falloir sérieusement reconsidérer nos théories sur ces petits corps lointains du Système solaire.

Cette autre image ci-dessous, en apparence décevante, montre toutefois pour la première fois la forme générale de la petite lune Hydra de 43×33 kilomètres (Pluton possède 5 lunes au total).

Ces images qui dévoilent un nouveau monde et même un nouveau type de monde (aucun corps situé aussi loin du Soleil n’avait été survolé jusqu’à maintenant) ne sont que le début d’une extraordinaire aventure scientifique ! En effet, la sonde va transmettre de nouvelles images qui, à n’en pas douter, ne décevront pas. À plus long terme, il faudra plus d’un an pour que New Horizons nous envoie la totalité des données récoltées. Une durée qui s’explique par l’éloignement qui fait que le débit des données est très faible, environ 1 kilobit chaque seconde, bien moins que les tout premiers modems Internet !

Ci-dessous, une animation vidéo qui nous montre le fantastique «zoom» accompli depuis les premières images floues de Pluton avec des télescopes jusqu’à la vue détaillée du sol révélée le 15 juillet.

Monde froid où l’on pèse 15 fois moins que sur Terre, Pluton sort véritablement des sentiers battus. Proposées du 13 au 16 juillet, les animations scientifiques de la Cité de l’espace ci-dessous familiarisent le grand public avec la lointaine planète naine.

Publié le 15 juillet 2015

Crédit général : NASA-JHUAPL-SwRI