Jeff Bezos dans l’espace avec son frère

Jeff Bezos dans l’espace avec son frère

Jeff Bezos a annoncé qu’il sera à bord du premier vol habité du New Shepard conçu par sa firme Blue Origin pour le tourisme spatial suborbital. Et il partira avec son frère.

Fondateur du géant de la vente en ligne Amazon, Jeff Bezos a créé la compagnie spatiale privée Blue Origin en l’an 2000. Après des années de développement et de tests, cette firme s’estime prête pour le premier vol habité de son New Shepard, un duo lanceur-capsule réutilisable et automatique conçu pour le tourisme spatial suborbital.

Tourisme suborbital

À partir de ses installations du Texas, Blue Origin compte commercialiser un vol d’une dizaine de minutes qui emmènera 6 passagers à un peu plus de 100 km (sans mise sur orbite), la frontière de l’espace telle que définie par la Fédération Aéronautique Internationale. Le 5 mai, avait été lancée une enchère pour une place à bord du premier vol habité du New Shepard planifié pour le 20 juillet prochain. Plus de 6000 personnes ont déposé une proposition et la plus haute est à 3 millions de dollars (l’argent récolté pour cette place financera les actions de la fondation Club for the Future de Blue Origin qui aide les jeunes à poursuivre des carrières scientifiques).

Jeff Bezos invite son frère

Dans un post sur son compte Instagram du 7 juin 2021, Jeff Bezos a indiqué que non seulement il sera à bord du vol du 20 juillet, mais qu’en plus il y invitait son frère.

Traduction en français de son message : Depuis l’âge de cinq ans, je rêve de voyager dans l’espace. Le 20 juillet, je ferai ce voyage avec mon frère. La plus grande aventure, avec mon meilleur ami.

Par ce geste, Jeff Bezos affiche aussi la confiance qu’il a dans le système mis au point par ses équipes de Blue Origin. Atteindre l’espace en dépassant les 100 km d’altitude, même sans mise sur orbite, correspond à un domaine de vol bien plus risqué que celui d’un avion de ligne. Un New Shepard avait par exemple subi et réussi en octobre 2016 un test d’éjection d’urgence de la capsule (vidéo ci-dessous).

La firme de Jeff Bezos emploie d’ailleurs sur son site web le slogan «La sécurité, la mission principale de Blue Origin». On notera que le concurrent de Blue Origin sur le marché du tourisme spatial suborbital, Virgin Galactic (qui doit opérer depuis le Nouveau-Mexique), a souffert d’un accident en plein vol qui a tué un des deux pilotes d’essai en 2014. Le milliardaire Richard Branson qui est à l’origine de Virgin Galactic s’est lui aussi déclaré prêt à voler à bord de l’engin conçu par ses équipes. Les deux compagnies sont visiblement conscientes que la sécurité sera un élément important en vue de rassurer leur clientèle. À ce jour cependant, seule Blue Origin propose de dépasser les 100 km reconnus par la Fédération Aéronautique Internationale. Virgin Galactic reste en effet en-dessous en allant à peu plus de 80 km et se réclame donc de la limite adoptée par l’US Air Force.
Le marché du tourisme spatial n’est toutefois pas le seul visé par les deux entreprises. Les deux engins offrent aussi plusieurs minutes d’impesanteur qui intéressent les agences spatiales, les universités, les institutions scientifiques et les laboratoires de recherche privés afin de mener des expériences. D’ailleurs, à l’occasion des vols d’essai, pour Blue Origin comme Virgin Galactic, des expériences automatiques ont déjà été embarquées.

Crédit image de titre : Blue Origin/Jeff Bezos/Cité de l’espace