• Applications
  • Terre

Une météo de troisième génération

Publié le 15 décembre 2022

Ariane 5 a lancé le 13 décembre MTG-I1 qui inaugure la troisième génération de satellites météo européens sur orbite géostationnaire. Plus rapide (l’Europe observée toutes les 2,5 minutes) et plus précis, il améliorera les prévisions météo.

Une météo de troisième génération

S’il est toujours agréable de savoir comment il faudra s’habiller (plus ou moins chaud, avec ou sans parapluie), l’utilité des prévisions météorologiques se révèle très ancrée dans notre société au point d’être indispensable. De l’agriculture au transport en passant par d’innombrables activités, la connaissance du temps qu’il fera dans les jours à venir s’impose en effet comme un facteur majeur d’efficacité ainsi que de sécurité. Et les satellites météo procurent des données irremplaçables en la matière. Avec MTG-I1, l’Europe se dote d’un outil sur orbite plus performant.

Plus rapide et plus précis

Dans MTG-I1, les 3 premières lettres signifient Meteosat Third Generation ou Meteosat Troisième Génération (l’acronyme fonctionne aussi bien en français qu’en anglais). Les 2 autres sont pour Imager 1, car ce satellite est principalement dédié à l’imagerie et qu’il est le premier de cette nouvelle famille MTG qui en comprendra 6.
Avec le lancement réussi de MTG-I1 par Ariane 5 le 13 décembre (voir plus bas), Eumetsat (EUropean organisation for the exploitation of METeorological SATellites) commence ainsi le renouvellement de sa flotte de satellites météo placés sur orbite géostationnaire à 36 000 km. Fondée en 1986, cette organisation qui réunit 30 États membres a son siège à Darmstadt en Allemagne.
Construit par Thales Alenia Space dans le cadre d’une coopération entre Eumetsat et l’Agence Spatiale Européenne (ESA), MTG-I1 se distingue tout d’abord par le choix d’une stabilisation sur 3 axes. Le satellite gère du coup son attitude afin qu’une de ses faces reste toujours orientée vers sa cible, en l’occurrence la Terre. Ses prédécesseurs (par exemple MSG pour Meteosat Seconde Génération) recouraient à la stabilisation par rotation sur eux-mêmes, signifiant que l’instrument principal chargé de faire des images pour les données météo ne regardait notre planète que 5 % du temps. 

Le satellite MTG-I1 lors des ultimes préparatifs pour son lancement au Centre Spatial Guyanais.
© Cité de l’espace d’après ESA/M. Pédoussaut

La Terre vue le 4 décembre 2022 par un satellite d’Eumestat. MTG-I1 rejoindra la même position sur orbite afin d’y réaliser le même type d’observation, mais avec des performances plus élevées.
© Eumetsat

Pour MTG-I1, on obtient logiquement 100 % et donc une plus grande résolution temporelle, ce qui veut dire des images (qui montrent entre autres le déplacement des masses nuageuses) de façon plus fréquente. L’ensemble de l’Europe est ainsi observé toutes les 2,5 minutes au lieu de 5 auparavant, L’Europe et l’Afrique toutes les 10 minutes au lieu de 15. La résolution spatiale des instruments (la finesse des détails perçus) s’inscrit désormais dans une fourchette de 0,5 à 2 km au lieu de 1 à 3. S’ajoutent un sondeur infrarouge pour un profil 3D des températures et de l’humidité, un autre (proche-infrarouge, ultraviolet et visible) consacré à la qualité de l’air (détection des aérosols) et un instrument d’imagerie des éclairs (signes de perturbations atmosphériques et d’événements météo extrêmes).
Plus de mesures et plus souvent fourniront à terme 110 mégabits de données chaque seconde au lieu de 2 actuellement ! Or, en disposant de plus de données, les modèles de prévisions météo s’affineront et seront plus précis. Phil Evans, directeur général d’Eumetsat, résume ainsi l’enjeu de cette météo de troisième génération : «fournir aux services météorologiques une quantité considérablement accrue d’informations plus précises qui les aideront à protéger les vies, les biens et les infrastructures. Ce système sauvera littéralement des vies».

Le premier des 3 derniers vols d’Ariane 5

Le 13 décembre 2022, MTG-I1 était l’un des 3 passagers du vol VA259 d’Ariane 5. Il s’agissait donc d’un lancement triple, le satellite météo ayant été largué sur une orbite qui l’amènera à sa position de travail géostationnaire avec 2 autres dédiés aux télécommunications (Galaxy 35 et 36). Or, le lanceur européen vit en ce moment la conclusion de sa carrière afin de céder sa place à Ariane 6 dont le vol inaugural est annoncé pour la fin 2023.
VA259 est du coup le premier des 3 derniers vols. Il ne reste en effet plus que 2 missions au calendrier d’Ariane 5 : l’envoi de 2 satellites de télécommunications début 2023, puis, en avril, le lancement de JUICE, première sonde européenne à destination de Jupiter.

Décollage d’Ariane 5 le 13 décembre avec deux satellites de télécommunications et MTG-I1 sous la coiffe.
© ESA/M. Pédoussaut

Cette animation vidéo d’Eumetsat explique le gain en rapidité et en précision des satellites  MTG de type Imager comme le MTG-I1 qui vient d’être lancé. La flotte comprendra des MTG-I, mais aussi des MTG-S pour Sounder spécifiquement conçus pour sonder en infrarouge l’atmosphère.

Articles sur le même thème

La Cité de l’espace en ligne

Nos ressources et actualités spatiales