• Accueil Cité
  • L'Emirati Al Mansouri : troisième astronaute du monde arabe dans l'espace

L'Emirati Al Mansouri : troisième astronaute du monde arabe dans l'espace

L'Emirati Al Mansouri : troisième astronaute du monde arabe dans l'espace

Un troisième astronaute d’origine arabe, l’Emirati Hazza Al Mansouri, a rejoint l’espace mercredi, pour une mission d’une semaine à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Pilote de chasse des forces aériennes des Emirats arabes unis, âgé de 31 ans, Hazza Al Mansouri avait pris place à bord de la capsule Soyouz MS-15 aux côtés du cosmonaute Oleg Skripochka, dont c’est la troisième mission dans l’espace, et de l’astronaute de la Nasa Jessica Meir. Lancé à 15H57 (heure française) du centre spatial de Baïkonour, dans le Kazakhstan, leur vaisseau a mis à peine six heures – 4 orbites – pour rejoindre l’ISS et s’amarrer au module de service Zvezda vers 21H45 (heure française).

Le lancement est le dernier à avoir été réalisé du même pas de tir historique qui avait vu le départ de la fusée emmenant le 12 avril 1961 le premier homme dans l’espace, le soviétique Youri Gagarine, à bord de sa capsule Vostok-1. A l’avenir, les fusées Soyouz utiliseront un nouveau pas de tir.

Lancement le 25 septembre sur le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) du Soyouz MS-15 vers l’ISS, avec à son bord le cosmonaute russe Oleg Skripochka, l’Emirati Hazza Al Mansouri et l’astronaute de la Nasa Jessica Meir
©NASA/ Bill Ingalls

 

Al Mansouri rejoint un Saoudien et un Syrien dans l’histoire spatiale

Les 9 astronautes et cosmonautes à bord de l’ISS après l’arrivée de l’Emirati Hazaa Al Mansouri
©NASA TV

Hazza Al Mansouri est ainsi devenu le troisième astronaute du monde arabe à se rendre dans l’espace, après le prince d’Arabie saoudite Sultan Ben Salman ben Abdelaziz Al-Saoud, qui a volé à bord de la navette spatiale Discovery en 1985, et le Syrien Mohammed Faris, qui a séjourné en 1987 dans la station spatiale soviétique Mir.

L’astronaute émirati aurait dû partir à l’origine en avril 2019 avec le Soyouz MS-12, et revenir une dizaine de jours plus tard à bord de la capsule Soyouz MS-10. Mais celle-ci, lancée le 11 octobre 2018, n’avait pu rejoindre l’ISS en raison d’un incident peu après le décollage, qui avait fait avorter la mission.

L’Emirati, qui effectue sa mission dans le cadre d’une coopération entre les Emirats arabes unis et l’agence spatiale russe Roscosmos, doit réaliser des expériences d’observation de la Terre et de biologie.
L’arrivée d’Al Mansouri, Jessica Meir et Oleg Skripochka porte pour quelques jours à 9 le nombre de membres d’équipage de l’ISS. Parmi eux, se trouve le spationaute Luca Parmitano, de l’Agence spatiale européenne (ESA).

La Station a déjà accueilli à deux reprises 12 astronautes et cosmonautes à son bord, du temps où les équipages voyageaient également à bord des navettes spatiales américaines pour la rejoindre.

 

ISS : Emirats Arabes unis, Etats-Unis, Russie, Japon en une semaine

Lancement du module de fret japonais HTV-8 le 24 septembre vers l’ISS
©Jaxa

Cette semaine aura été vraiment internationale pour l’ISS. Outre l’arrivée des trois astronautes américain, russe et émirati, elle devrait voir s’amarrer samedi le vaisseau cargo japonais HTV-8, lancé mercredi du centre spatial Tanegashima par une fusée H-IIB.

Plus de 230 personnes se sont déjà rendues à bord de l’ISS, venant de 18 pays. Par ailleurs, quelque 2500 expériences y ont été menées, à la demande de chercheurs de 206 pays.

 

La chute du record de Peggy Whitson

L’astronaute de la Nasa Christina Koch avec le tapis roulant Colbert dans le module Tranquillité
© NASA

L’arrivée décalée d’Al Mansouri sur l’ISS du fait de l’échec du Soyouz MS-10 a enfin une conséquence inattendue : un nouveau record de l’espace va être battu. L’Emirati, à la fin de sa mission, reviendra sur Terre à bord du Soyouz MS-12… prenant la place destinée à l’origine à l’astronaute américaine Christina Koch. Celle-ci, arrivée à bord de l’ISS le 14 mars dernier, devra donc attendre, pour revenir sur Terre, jusqu’en février 2020 (date encore indéterminée). De ce fait, elle battra le record de l’astronaute Peggy Whitson du vol d’une seule traite le plus long pour une femme : 288 jours en 2016 – 2017. Pour les hommes à bord de l’ISS, le record appartient à l’Américain Scott Kelly et au Russe Mikhaïl Kornienko : 340 jours en 2015 – 2016.
Le record du plus long vol d’une traite appartient toujours au Russe Valeri Poliakov qui passa 437 jours à bord de la station Mir en 1994-95.